mercredi 6 février 2013

Polluants des gaz d’échappement et bébés de moins de 2,5 kilos

Les femmes enceintes exposées aux polluants des gaz d’échappement automobile et des centrales à charbon ont plus de risques de faire des bébés de moins de 2,5 kilos.*

L'équipe "Air Pur des Vosges" invite chacun de ses lecteurs à interpeller nos élus :







"Tel est le constat d’une étude réalisée sur un échantillon de 3 millions de naissances en Amérique du Nord et du Sud, en Asie, en Australie et en Europe, publiée ce mercredi dans la revue américaine
« Environmental Health Perspectives » (EHP)."

"Ce faible poids à la naissance accroît les risques de maladies prénatales ou les problèmes de santé chroniques à l’âge adulte comme l’asthme ou les allergies, précise l’étude.
« Ces particules microscopiques, qui sont en taille inférieure au dixième de l'épaisseur d'un cheveu humain, se trouvent dans l'air que nous respirons tous », explique le Dr Tracey Woodruff, professeure de gynécologie et de science de la reproduction à l'université de Californie à San Francisco.

« Le risque individuel demeure faible, mais, en termes de santé publique, l'effet est très important, car de très grandes populations sont exposées à ces pollutions.
On suspecte en outre que le faible poids à la naissance ne soit que le signe visible d'autres modifications, pouvant être associées à des risques accrus, plus tard dans la vie, de troubles du métabolisme ou de pathologies cardiaques...
», ajoute Rémy Slama, responsable de l'équipe d'épidémiologie environnementale de l'Institut Albert-Bonniot (INSERM et université Joseph-Fourier de Grenoble) et coauteur de ces travaux, dans les colonnes du « Monde ».

Un taux de pollution
« intenable pour la santé publique mondiale »

Pour éviter d’être exposé à ces polluants, l'étude préconise des réglementations strictes sur la pollution comme aux Etats-Unis par exemple.
Là-bas, les réglementations fédérales limitent la concentration moyenne annuelle de particules à
12 microgrammes/m3.

Les pays de l'Union européenne ont fixé le seuil à
25 microgrammes/m3
et les Chinois, à 700 microgrammes/m3.

« De tels niveaux sont de toute évidence totalement intenables pour la santé publique mondiale », dénonce Mark Nieuwenhuijsen, du Centre de recherche en épidémiologie environnementale (CREAL), à Barcelone, en Espagne, et coauteur de cette recherche."


*
Source publiée dans 
Par L.R. - Le 06/02/2013
http://www.elle.fr/Maman/News/La-pollution-a-des-consequences-sur-le-poids-des-nouveaux-nes-2316906





Complément d'information :


Le gouvernement a adopté un «plan d'urgence» mercredi [06.02.2013], destiné à améliorer la qualité de l'air, sous la pression de Bruxelles.**

Le gouvernement, confronté à la menace de lourdes amendes européennes en raison de la mauvaise qualité de l’air, a présenté mercredi une série de mesures «d’urgence», dont l’une vise à bannir des routes les véhicules les plus polluants lors des pics de pollution.
«La France ne respecte pas la réglementation communautaire» en matière de qualité de l’air, a rappelé la ministre de l’Ecologie, à l’issue d’une réunion du Comité interministériel sur la qualité de l’air où a été adopté ce «plan d’urgence» en 38 points.
Cible du gouvernement : les «6 millions de véhicules anciens» qui contribuent à «environ 30% des émissions de particules des véhicules particuliers et 20% des émissions d’oxydes d’azote».Le plan d’urgence présenté évoque aussi la possibilité de réduire la vitesse sur «certains axes à forte fréquentation», comme sur le périphérique parisien.
La mairie de Paris, qui souhaite réduire la vitesse de 80 à 70 km/h sur cet axe, a salué dans un communiqué une annonce qui va «dans le bon sens».Sur la question ultra-sensible d’une hausse des taxes sur le diesel, classé comme cancérogène certain par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la ministre a renvoyé le sujet aux conclusions du comité pour la fiscalité écologique mis en place fin 2012.
«Cette idée fait son chemin», a-t-elle reconnu, tout en rappelant que le «débat» n'était pas tranché.
Une étude va être lancée pour permettre une «identification» des véhicules les plus «vertueux», globalement les plus récents, qui seront autorisés en cas de pic de pollution, a dit Delphine Batho.

La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, le 11 janvier dans le Massif central.
(Photo Thierry Zoccolan. AFP)



Cette proposition de ramener à 70 km/h la vitesse sur la montée des cols routiers du Pays de la Déodatie avait était réclamée en 2011 à la présidence du Pays de la Déodatie par l'équipe "Air Pur des Vosges".
À ce jour cependant, aucune action concrète n'a été concrètement menée sur le terrain,
d'après nos informations.


Source :
**
http://www.liberation.fr/terre/2013/02/07/coup-de-frein-pour-les-vehicules-polluants_880027


Fraize, Vosges, sous la neige,
février 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire