samedi 18 juin 2011

Coup de tonnerre !

Fabrication des batteries Renault à Flins : remise en question ?

JEAN-RÉMY MACCHIA - 16 JUIN 2011






Cliquez ici !

Jean-Rémy Macchia
Ancien rédacteur en chef-adjoint de L’Automobile magazine et de L’Auto Journal,
il a également été professeur de français.


http://www.france-info.com/chroniques-la-pratique-de-l-auto-2011-06-16-fabrication-des-batteries-renault-a-flins-remise-en-question-543941-81-423.html#

ou télécharger en mp3 :
https://docs.google.com/leaf?id=0ByUWevFXTXf7ZTUwNmIyZmEtYTI1Ni00MDM0LWEyOTAtNmZlYjEwZjU5OTFh&hl=fr


Citation :

Donc… soupçon d’avoir fait surtout de la communication ? 
Exactement. D’ailleurs, depuis, Renault a moins centré sa communication sur la voiture électrique. 
Ensuite, l’autre coup de tonnerre de cet événement, il est d’ordre… social. 
Parce que, lorsque Renault a annoncé la création dans son usine historique de Flins, d’un centre de construction de batteries et de voitures électriques, c’était à la suite des inquiétudes de l’Etat, face aux délocalisations croissantes faites par la marque. 
Là, pour la 1ère fois, Carlos Ghosn rassurait publiquement le gouvernement – et les partenaires sociaux – en annonçant une reconversion partielle de cette usine qui était en baisse d’activité, vers cette production d’un nouveau genre, la voiture électrique. 
Ca avait rassuré tout le monde. 
D’autant qu’il y avait des embauches à la clé.



- o O o -

Les batteries des véhicules électriques sont-elles dangereuses ? Le 29 juin 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg

Publié par Jean Daniel CAILLET dans le groupe VEILLE: Environnement/Santé/Biodiversité/Eco-innovations

C’est une énorme pierre dans la mare que jette Le Monde aujourd’hui. Dans une série d’articles, Stéphane Foucart et Jacques Follorou posent une inquiétante question: les batteries lithium ion, qui équiperont les futures véhicules électriques (VE) de Renault et de PSA, ont-elles tendance à prendre feu?

Angoissante interrogation, si l’on se souvient qu’un feu de batterie dégage notamment du fluorure d’hydrogène, un gaz mortel à certaine concentration, rappelle l’INRS dans la fiche de sécurité qu’il lui consacre.

Les premiers doutes, explique le journal, émanent de Michel Armand, électrochimiste du CNRS «et l’un des pères du principe fondamental de toute batterie au lithium».

Pour ce chercheur de renom (plus de 200 publications scientifiques, médaille d’argent 1989 du CNRS), les technologies des batteries choisies par les deux constructeurs français, mais aussi par General Motors, présentent des risques élevés d’inflammation: «Une probabilité de défaillance des batteries de l’ordre d’1 sur 10.000. Ce qui est un niveau de risque inacceptable», juge-t-il dans le quotidien.

Des emballements (surchauffe violente puis ignition) de cellules de batteries pourraient se produire en cas de choc, de surcharge, mais aussi lors de recharge rapide. Un rapport, réalisé par la direction de la recherche d’EDF pour le compte de Renault, indiquerait d’ailleurs que «l’équilibre électrochimique des batteries en surcharge ne serait pas encore totalement sous contrôle», résume Le Monde.

Interrogés, les pouvoirs publics et les constructeurs défendent l’héritière de la Jamais contente. «Risque spécifique ne signifie pas plus de risque par rapport aux véhicules thermiques», explique Pierre-Franck Chevet, le directeur général de l’énergie et du climat, au ministère de l’écologie.

Thierry Koskas* rappelle que «si on a un problème sur une cellule, cela se voit tout de suite sur sa tension». (...)
* Directeur du programme véhicule électrique de Renault



© Le Monde
http://www.lemonde.fr/teaser/?url_zop=http%3a%2f%2fabonnes.lemonde.fr%2feconomie%2farticle%2f2011%2f06%2f28%2fdans-le-secteur-automobile-les-batteries-electriques-presentent-des-risques_1542011_3234.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire