mercredi 20 avril 2011

Filière Lithium : la face cachée de la pollution

Les services de l'État avaient pourtant fait leur travail :



Or comme Renault, Dassault et Bolloré l'ont démontré, il s'agit de plusieurs dizaines - voire centaines - de milliers de tonnes de batteries au Lithium, rien que pour la France.

Pourtant les services de l'État (Ademe, Agences de l'Eau, ...) avaient alerté sur un cycle de vie non maîtrisé pour les batteries électriques, en particulier face au déferlement prévisible de véhicules électriques.
Un fait, parmi d'autres :
Pas suffisamment de place pour les centres d'enfouissement de déchets ultimes.
Malheureusement ...



Pourtant, sous l'émotion des pollutions pétrolières, la décision a été engagée : l'État a donc largement subventionné la recherche et le développement de véhicules électriques.


Et comme l'écrivait A.Simonnet, mardi 11 janvier 2011*,
"Bolloré est sur un petit nuage en matière de mobilité électrique et les événements récents tendent à conforter sa stratégie déployée sur le Lithium Metal Polymère (LMP).
Une technologie de stockage d'énergie innovante (...)
"



La Banque européenne d'investissement (BEI) avait juste oublié d'aider à financer le stockage des déchets de Lithium.

Et comme pour Tchernobyl et Fukushima, on attendra probablement que la vague d'ordures empoisonnées au Lithium se présente à nos portes pour décider de la création d'une commission consultative
... chargée de donner son avis.
... Quand bien même, les services de l'État avaient fait leur travail suffisamment tôt à l'avance.


Au fait, combien d'aides a reçu l'industrie des voitures à air comprimé ?





L'oubli des déchets du Lithium aura donc un coût, celui des maladies humaines.

Rappelons ce qu'en dit l'Inrs :
http://www.inrs.fr/INRS-PUB/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/FT+183/$File/ft183.pdf



Vous avez bien lu :






Comment se présente le Lithium d'automobile ? *5

"C’est sous le capot et surtout sous les sièges que réside la principale innovation : une batterie au lithium métal polymère sur laquelle les ingénieurs ont commencé à travailler en 1990.
Financées par le groupe Bolloré [et surtout par la Banque européenne d'investissement (BEI) comme indiqué plus haut, ndlr], ces recherches ont abouti à une batterie aux capacités remarquables, produite par la société Batscap (pour « batterie à super capacité »), filiale du même groupe, avec une participation d’EDF (5 %).

La technologie de cette batterie est différente de celle des modèles à lithium-ion qui ont envahi l’électronique nomade, dans les téléphones, les ordinateurs portables ou les appareils photo. Dans ce cas, c’est la forme ionique du lithium qui est utilisée. Son inconvénient est un risque d’explosion, mais il est facilement évitable par un contrôle électronique.

Le lithium métallique, lui, est franchement dangereux.
Ce métal (le plus léger de tous) réagit en effet avec l’eau d’une manière explosive. Le recours à des polymères parvient à la rendre inoffensive.


Citadine toute propre
[mais cela a-t-il été prouvé, ndlr ?]


Dans la batterie de Batscap, les éléments comportent trois films minces : l'anode (une feuille métallique de lithium), l'électrolyte (du sel de lithium inclus dans un polymère, du polyoxyéthylène) et un polymère pour la cathode.
Etudié depuis 1990, ce procédé a été développé par Batscap et par une société québécoise (Avestor), récemment rachetée par Bolloré.
Dans la Blue Car, les batteries pèsent 240 kilogrammes et engrangent 28 kWh, soit 117 Wh/kg (à peu près trois fois la performance d'une batterie au plomb).
La recharge complète prend quatre heures.
"

La légende qui accompagnait cette photo annonçait :
" Compacte, modulaire, non polluante,
la Blue Car a des atouts pour séduire.

Crédit : Batscap/Bolloré"

▪ N'assistons-nous pas - en direct - à la fin d'une légende ?
▪ Pourquoi l'information est-elle tronquée ?
▪ Comment faire avec les déchets du Lithium ?
▪ Combien d'autres questions ... zappées ?
Nous sommes désolés, car nous avions d'abord cru que tout cela était "non polluant".
Mais les faits sont têtus et nous serons donc encore plus prudents face à des annonces aussi alléchantes.





D'autres citoyens avaient effectivement déjà alerté contre ce risque.
Citation :
"Aux journalistes de l'émission Auto du Dimanche matin"

Réponse aux journalistes Auto de RMC (Ce dimanche matin), sur le sujet batterie au lithium-ion.



Les batteries utilisent des métaux rares.
Le plus critique est le cobalt dont les réserves mondiales sont évaluées à 15 ans au rythme actuel.
La seule solution pour ces ressources rares est la récupération.

Le futur est du côté des batteries lithium-phosphate de fer pour les raisons indiquées précédemment.

Contrairement aux batteries classiques au nickel, le recyclage du lithium est difficile.
Le broyage entraîne un échauffement. II faut refroidir (donc consommation d'énergie supplémentaire). Les piles au mercure doivent être même broyées sous azote liquide !
Un laboratoire grenoblois a mis au point une méthode électrochimique pour récupérer le lithium (société Recupyl créée par l'INPG )

Si les voitures électriques se développent en Europe, il faudra construire les batteries sur place en raison de leurs poids prohibitifs pour leur transport depuis la Chine.

Petites précisions aux journalistes de RMC ...

Pour mémoire, Johnson Controls-Saft est le premier fournisseur indépendant mondial de batteries Li-Ion pour les véhicules hybrides et électriques, et a déjà signé de nombreux contrats de production et de développement avec les constructeurs automobile majeurs.
Le système batterie complet comprenant des composants électroniques, électriques et mécaniques sont assemblés dans l'usine Johnson Controls-Saft située à Milwaukee dans l'Etat américain du Wisconsin.
Le fabricant français de batteries SAFT pourrait indirectement faire partie de ce projet. Le groupe est associé à l'américain Johnson Controls dans le cadre d'un joint-venture spécialisé (Johnson Controls-SAFT Advanced Power Solutions).

De plus vous faites une énorme erreur en disant que cette société est la seule à construire des batteries pour voitures ! Il y a Général Motors, Daimler, Evonik,Volkswagen, GM, Torrance(Californie), Honeoye Fall(New York), Kastel(Allemagne), de plus il y a le Japon, la Coréen Chine, Inde, Sanyo, Nissan….
Messieurs les journalistes, vous dites n’importe quoi !
Et vos invités aussi !
Elle est simplement la première usine en France qui produira des batterie de ce type de plus ce n’est pas une entreprise Française(100%).


Précision sur le lithium :

Il n’existe pas à l’état natif sous forme métallique à cause de sa grande réactivité (air ou eau).
On le trouve principalement comme impureté dans les sels d'autres métaux alcalins.
Bien que très abondant dans la nature, il n'existe en concentration permettant une exploitation économique rentable, qu'en très peu d'endroits sur Terre. Les ressources mondiales exploitables sont évaluées à 11 millions de tonnes.
70% de la production vient de l’Argentine, le 2em c’est le Tibet (12%) ! (vous avez compris pourquoi les Tibétains resteront sous domination Chinoise entre autre….)
Généralement ces ressources sont dans des lacs salés.
Il y a aussi le Chili, Australie, USA, Russie et bientôt la Bolivie….

Donc notre géopolitique se tournera vers l’Amérique du Sud ...
A cause de la forte demande, le lithium est passé de 350 dollars en 2003 à 3000 dollars la tonne en 2008...
1000% d’augmentation en 5 ans ...
Pas mal non ?


Pour l’environnement :

Le lithium métallique réagit avec l'azote, l'oxygène et la vapeur d'eau dans l'air.
Par conséquent, la surface de lithium devient un mélange d'hydroxyde de lithium (LiOH), de carbonate de lithium (Li2CO3) et de nitrure de lithium (Li3N). L'hydroxyde de lithium présente un risque potentiel significatif car il est extrêmement corrosif.
Une attention spéciale doit être portée aux organismes aquatiques et le milieu d’extraction.
Le lithium est un poison !


Risques d’incendie

Le lithium en morceaux n’est spontanément inflammable à l’air que lorsqu’il est chauffé à une température supérieure à 180 °C.
A l’état divisé, il peut s’enflammer dès la température ambiante.
Par ailleurs, le lithium et son hydrure peuvent provoquer des incendies et des explosions par contact avec de nombreux produits.

Les agents d’extinctions préconisés sont des produits à base de graphite. On peut également utiliser des poudres spéciales pour feux de métaux ou, à défaut, du sable sec.
L’emploi de l’eau, du dioxyde de carbone, des produits alogénés et des poudres ordinaires doit être interdit.

En raison de la toxicité des fumées émises lors de la combustion du lithium et de son hydrure, les personnes chargées de la lutte contre l’incendie doivent s’équiper d’ appareils de protection respiratoire autonomes isolants.
Alors attention en cas d’accident ….


Pathologie – Toxicologie :



En milieu professionnel, les accidents aigus sont liés essentiellement à l’emploi de l’hydrure de lithium qui, en présence d’humidité, libère l’hydroxyde de lithium corrosif.
Des lésions caustiques de la peau et de l’oeil peuvent survenir, ainsi qu’une forte irritation des voies respiratoires.

Le contact avec le lithium métallique entraîne les mêmes manifestations locales.
La toxicité spécifique de l’ion lithium a été observée lors d’intoxications volontaires par ingestion et se caractérise par des troubles digestifs (nausée, diarrhée et vomissement), neurologiques (trouble de l’élocution, tremblement, syndrome confusionnel, secousses musculaires, coma, convulsions), rénaux (polyurie puis insuffisance rénale oligo-anurique), cardiaques et hydroélectrolytiques (déshydratation).

Toxicité chronique a été aussi constatée chez le sujet traité au lithium, elle se manifeste par un tremblement, des troubles de la parole, des anomalies de l’électrocardiogramme, surtout si une baisse du taux de potassium intervient dans l’organisme.
Des dermatoses sont apparues lors des traitements prolongés, ainsi qu’ une atteinte thyroïdienne (goitre, hyper- ou hypothyroïdie) et une hyperleucocytose.

Mais surtout le lithium peut entraîner une insuffisance rénale chronique (néphrite interstitielle).
Une anomalie cardiaque particulière (maladie d’Ebstein) a été découverte de façon plus fréquente chez les enfants de mères traitées au lithium.

Je m’arrêterai là, car la liste est longue sur la nocivité du lithium( de l’extraction au recyclage)
Les décrets en France sur l’utilisation de ce produit et les précautions d’usages, sont assez éloquents, pour le considérer comme hautement toxique….

Alors vous journalistes quand vous dites que cela est sans danger, c’est purement, je l’espère par ignorance.
Mais là vous ne faites pas votre devoir, car vous ne vous informez pas.

Et cela devient de la désinformation, comme savent le faire les grands groupes pour imposer une idée ou une technologie, sans se soucier de notre bien être et celui de la planète.

-->Message édité par dbsky le 19/01/2009 11:43:37<--



À son habitude, l'équipe "Air Pur des Vosges" se documente auprès d'organismes qui se veulent sérieux.
Qu'en dit l'IRSN ?
http://leman.irsn.fr/index.php?module=word&action=getWordsList&firstletter=M

Matières nucléaires :Sont ainsi dénommées les matières qui pourraient être utilisées pour fabriquer un engin explosif nucléaire.

Elles sont définies à partir de leurs caractéristiques fissiles (pour un engin à fission), fusibles (pour une bombe thermonucléaire), ou fertiles (capacité à produire des matières fissiles ou fusibles).

La législation française en retient six : plutonium, uranium, thorium, tritium, deutérium et lithium 6
(le deutérium et le lithium 6 ne sont pas radioactifs).


CQFD !


Au cours d'une conférence d'information professionnelle organisée hier, Mardi 19 Avril 2011, "Les aides publiques à l'Environnement et au Développement durable", par une chambre consulaire de l'Est de la France avec le concours de 3 organismes publics renommés, l'équipe "Air Pur des Vosges" a donc publiquement interpellé Madame et Messieurs les représentants des services de l'État pour que la question de les lacunes sur la filière Lithium et sa pollution remonte sans délai auprès des ministères concernés,
... afin qu'un problème grave - aussi clairement identifié - obtienne une réponse appropriée respectueuse de la Santé publique.



Sans Lithium, comment fonctionne l’EcoSphère ?

L’écosphère est une sorte de mini-batterie écologique fonctionnant à la lumière.
La lumière, associée au gaz carbonique de l’eau, constitue la base nécessaire pour que les algues produisent de l’oxygène. Les crevettes respirent l’oxygène de l’eau et se nourrissent des algues et des bactéries.

Les bactéries transforment les déchets animaux en nutriments consommés à leur tour par les algues. Les crevettes et les bactéries produisent l’oxyde de carbone dont les algues ont besoin pour fabriquer de l’oxygène.

Mais l’équilibre est fragile.
Trop de lumière provoque une consommation accélérée par les algues des substances nutritives présentes en quantité limitée.
Sans lumière, il est impossible d’obtenir de la nourriture pour les crevettes.



Et sans Lithium, on peut aussi investir à produire des véhicules réellement propres*4 :





Alors, qui pourra dire qu'il n'a pas été prévenu sur l'impréparation face aux risques du Lithium ?
Un problème de plus à la charge des jeunes générations ?







* 1
http://www.greenunivers.com/2011/01/la-bei-aide-bollore-pour-autolib-et-ses-batteries-premium-49254/
http://www.clean-auto.com/La-B0-tres-attendue-prefigure-le-futur-de-la-voiture-electrique?4915.html

*2
http://www.inrs.fr/htm/lithium_et_composes_mineraux.html
http://www.inrs.fr/INRS-PUB/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/FT+183/$File/ft183.pdf

*3
http://www.rmc.fr/forum/rmc/votre-auto/aux-journalistes-de-lemission-auto-du-dimanche-matin--323/messages-1.html

*4
http://www.terre-finance.fr/AIRPOD-vehicule-a-air-comprime-aux-couleurs-de--vtptc-150.php

*5
Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/technologie-1/d/blue-car-etonnante-voiture-electrique-est-lancee-sur-les-routes_13678/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire